Retour sur La Nuit Est Belle

Le 26 septembre 2019 avait lieu dans la région du Grand Genève l’évènement “La Nuit Est Belle”, initié par le muséum d’histoire naturelle de Genève et la société astronomique de Genève. Ce soir-là, l’éclairage public de plus de 110 communes vaudoises, genevoises et françaises n’a pas été allumé à la nuit tombée. Le but de l’opération était d’offrir aux habitants l’occasion de retrouver, le temps d’une soirée, l’expérience d’une nuit obscure et d’un ciel étoilé affranchi de la pollution lumineuse. Merveilleusement organisée avec des animations proposées un peu partout à travers la région, la soirée n’aura cependant pas eu les faveurs de la météo, puisque les nuages furent nombreux et ne laissèrent aux curieux peu d’opportunités d’observer le ciel. Des membres du comité de Dark-Sky étaient présents ce soir-là pour donner une conférence à Chêne-Bougeries (GE) et venir s’imprégner de l’effet de l’extinction dans la ville et ses alentours.

Le bassin genevois vu depuis le Jura quelques temps plus tard, en octobre, avec une météo plus clémente

Depuis le sommet du Salève ou depuis le Jura, l’impression dominante est que l’éclairage ne semble pas avoir changé ! L’agglomération dégage encore énormément de lumière et il est difficile de dire, sans référence de comparaison, si une extinction est en cours ou non.  L’aéroport Genève-Cointrin apparaît clairement dans le paysage comme un repère très brillant. Celui-ci n’a pas été éteint, tout comme le stade de Genève pour cause de match programmé longtemps à l’avance et qui n’a pas pu être déplacé.

L’agglomération genevoise vue depuis le Salève. Le point extrêmement clair sur la gauche est le stade, allumé ce soir-là.

En regardant de plus près, la très grande majorité des éclairages présents ce soir-là sont privés : enseignes, chemin privés, logements, publicités, etc. Cela alerte sur la contribution de cet éclairage dans la pollution lumineuse totale d’une ville, qui n’est absolument pas négligeable à grande échelle.

En centre-ville de Genève, les passantes étaient nombreuses dans les rues, que cela soit par hasard ou spécialement pour découvrir leur ville dans la pénombre, sans que l’absence de lampadaire n’empêche la déambulation à travers la ville.  Il est à noter que les fameuses enseignes lumineuses de la rade, pourtant privées, étaient quasiment toutes éteintes. Une contribution de la part des régies à saluer ! Dans les rues basses, de nombreuses vitrines étaient bien éteintes. Celles qui restaient allumées se substituaient à l’éclairage public, au point où on était loin de pouvoir qualifier la rue d’obscure. Dans ce cas, c’est surtout l’alternance entre la pénombre et l’éclairage de certaines vitrines qui impressionne, permettant de se rendre compte de l’intensité de ces éclairages privés, pourtant allumés toutes les nuits. L ‘affluence dans cette rue tout à fait normal et la circulation n’est aucunement perturbée, à se demander même si les passantes réalisent que les lampadaires sont éteints.

Les Rues Basses “éteintes”

Au contraire des Rues Basses, la vieille ville paraît particulièrement sombre, où très peu d’éclairages privés subsistent. L’effet est renforcé par le fait que l’on y accède généralement depuis des zones encore très claires, qui ne permettent pas l’acclimatation à l’obscurité.

Certaines rues de la Vieille Ville étaient réellement dans l’obscurité

En abord des Rues Basses et autour de la Rade, de nombreuses terrasses de bars et de restaurants semblent tirer parti de l’extinction de l’éclairage pour créer une ambiance particulière : bougies, lampes légères et colorées… Ils étaient nombreuses à profiter ainsi de l’événement, profitant entre amies de cette atmosphère inédite un verre de vin à la main.

La place du Molard: ‘absence d’éclairage publique n’est pas synonyme d’inactivité !

Lorsque l’on s’éloigne des commerces et vitrines encore allumés, la circulation des voitures, vélos et piétons devient plus délicate et requière plus d’attention, en particuliers entre piétons et vélos, les premiers n’étant pas forcément visibles et les seconds, pas systématiquement équipés de lumières. Certaines polices municipales ont porté une attention particulière à ce point, alertant les cyclistes non-éclairé et en distribuant des kits de lumières (et parfois aussi, une contravention…). Dans tous les cas, la circulation demande plus de prudence et est plus lente, les automobilistes s’adaptant à ces nouvelles conditions. Pour les piétons, c’est surtout l’alternance entre zones sombres et zones éclairées qui perturbe, puisque l’œil perd immédiatement son adaptation à la pénombre et est souvent ébloui.

Un vélo approchant sur une route

A minuit, l’éclairage public du canton de Genève s’est rallumé, contrairement à la plupart des communes françaises de la région qui participaient à l’événement et qui gardaient la lumière éteinte pour toute la nuit. Bien que ce rallumage des lumières soit plutôt dommage, puisque c’est surtout au cœur de la nuit que l’extinction de l’éclairage public est la plus pertinente, cela a permis de faire une comparaison des lieux avec et sans éclairage publique. Les photos suivantes montrent la même scène avant et après le rallumage de l’éclairage.

Pendant et après l’extinction : près du pont des Bergues
Pendant et après l’extinction: la place Bel Air
Vue du bassin genevois pendant l’extinction depuis le Jura
Vue du bassin genevois sans l’extinction depuis le Jura

Malgré la météo peut propices aux observations du ciel étoilé, l’événement La Nuit Est Belle a sans nul doute réussi son pari en offrants aux habitants du Grand Genève une occasion d’expérimenter une région éclairée autrement le temps d’une soirée et d’ouvrir les débats sur le sens que nous voulons donner à notre éclairage public. Les réactions sur les réseaux sociaux et dans les journaux étaient dans l’ensemble positive, avec de nombreuses voix appelant à répéter l’expérience tous les ans, voire toutes les nuits… Tandis que d’autres s’indignaient de cette événement, voyant une atteinte grave à leur confort et sécurité. Heureusement, la plupart des réactions publiquement affichées étaient plus nuancées mais néanmoins positives. A noter que la police genevoise ne note aucune augmentation de la criminalité ou des accidents cette nuit-là.  La presse romande et française a largement relayé l’action, qui a eu un écho même outre-Atlantique. Dark-Sky Switzerland félicite les initiateurs du projet ainsi que les communes qui ont eu le courage de prendre part à cette aventure, qui contribue à faire évoluer la mentalité sur le rapport que nos sociétés entretiennent avec la nuit, l’éclairage public et l’environnement nocturne en général. Déjà plusieurs communes entreprennent des mesures à long terme de réduction de la pollution lumineuse, en partie suite à « La Nuit Est Belle », un signe très encourageant.

 

 

Tramelan – Fête de la Nuit le 20 septembre

Dark-Sky Switzerland sera présente à la Fête de Nuit de Tramelan (BE) avec son stand et sensibiliser le public aux effets de la pollution lumineuse tandis qu’une conférence sera donnée par Eliott Guenat.

La commune de Tramelan à l’intention d’implémenter une extinction nocturne de la l’éclairage public. La Fête de la Nuit est le premier pas pour l’expérience de la nuit naturelle dans ce village, avec des animations pour les habitant·es.

» Affiche Fête de la Nuit (pdf)

 

26 Septembre 2019 – Extinction exceptionnelle du Grand Genève

Le 26 septembre prochain, un évènement unique en Europe aura lieu dans l’agglomération du Grand Genève, qui regroupe le canton de Genève, les communes françaises limitrophes et des communes de l’ouest vaudois. Sous l’impulsion de la Société Astronomique de Genève et du Musée d’Histoire Naturelle de Genève, plus de 100 communes n’allumeront pas leur éclairage public à la tombée de la nuit, afin de mettre en évidence la problématique de la pollution lumineuse. Sur place, chacun·e pourra apprécier le ciel étoilé depuis la ville et juger de la pertinence de l’éclairage public dans sa commune, avec des animations prévues en certains endroits.  A vos agendas !

Plus d’informations sur l’évènement : ici

ECOFORUM – Présentations et discussion: Extinction de l’éclairage public

le lundi 24 septembre à 19h30
à Evologia (route de l’Aurore 6, 2053 Cernier), Grande salle

La soirée débutera avec les présentations d’Eliott Guenat (Dark-Sky Switzerland) et de Laurent Debrot (Secrétaire de l’Association Lamper). La deuxième partie sera consacrée aux questions et discussions. Ceux qui le désirent pourront ensuite poursuivre la soirée avec une « visite » de l’éclairage public de Cernier.

 

 

 

Genève – “QUAND L’ÉCLAIRAGE PUBLIC NOUS FAIT DE L’OMBRE”

31 MARS 2017 : LA PRÉSERVATION DU PATRIMOINE NOCTURNE RÉUNIT LES ACTEURS DU GRAND GENÈVE

Communiqué de presse conjoint du département de l’environnement, des transports et de l’agriculture de la République et canton de Genève, du Conseil régional du district de Nyon et de la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA).

» “QUAND L’ÉCLAIRAGE PUBLIC NOUS FAIT DE L’OMBRE”