Analyse des émissions lumineuses de la Suisse en 2019 – la pollution lumineuse continue d’augmenter

Les mesures effectuées sur sept ans ont relevé une augmentation des émissions lumineuses. Les lumières vives des LED et le manque de sensibilisation aux effets de la pollution lumineuse ont favorisé cette progression. C’est pourquoi Dark-Sky Switzerland réclame depuis 2017 l’aide fédérale à l’exécution promise aux cantons et communes. Des approches spécifiques pour la protection des paysages nocturnes sont indispensables au maintien de la diversité des espèces et de la santé.

Dark-Sky Switzerland rend compte chaque année des émissions lumineuses en Suisse. La méthode de l’intensité lumineuse absolue et de la luminance relative permet une série de mesures scientifiquement reconnues. Alors que l’intensité lumineuse augmente de 0,5% par an sur la période de mesure, les zones non éclairées de la Suisse diminuent de 3,9% par an (presque autant que le canton de Fribourg).

La technologie LED est économe en énergie mais pas nécessairement bénéfique pour les animaux et l’être humain.

Selon Lukas Schuler, spécialiste en sciences naturelles et président de Dark-Sky Switzerland : « Cette évolution peut être attribuée aux effets saisonniers (neige/brouillard) et temporaires (grands chantiers) ainsi qu’au changement technologique (LED) ». La technologie LED est économe en énergie, mais malheureusement elle constitue également une source de gaspillage lumineux et n’est pas toujours utilisée à bon escient. Les animaux et les plantes en souffrent. La pollution lumineuse perturbe également le cycle jour/nuit chez l’être humain, ce qui impacte sa santé (une relation existe avec la consommation de médicaments, l’obésité, la dépression/suicide, le cancer du sein, de la prostate et du côlon dans des villes très éclairées, ce qui a été démontré au niveau international).

Dark-Sky Switzerland salue les interventions parlementaires de ces dernières semaines.

Les interventions politiques aux niveaux fédéral et cantonal ont reconnu l’urgence de la question. La motion « Combattre la disparition des insectes » a déjà reçu un accueil positif du Conseil fédéral. Dark-Sky Switzerland salue également la motion de la conseillère nationale Delphine Klopfstein-Broggini (Verts – GE), qui demande d’affecter des moyens pour un changement spatial, technologique et social concernant une utilisation raisonnée de l’éclairage artificiel dans l’espace extérieur en vue de protéger l’environnement. Dans le même temps, une initiative parlementaire qui va également dans ce sens a été lancée dans le canton de Zurich pour modifier la loi sur les planifications et les constructions.

Info-Box

Dark-Sky Switzerland s’engage pour la préservation des paysages nocturnes naturels et de la biodiversité, ainsi que pour la protection de l’être humain contre la pollution lumineuse. Depuis plus de vingt ans, les experts de Dark-Sky sensibilisent la population et conseillent les comités de planification et de construction. Le mouvement Dark Sky est associé à la International Dark-Sky Association. En 2020, l’atoll de Niau dans le Pacifique a été élue première nation Dark-Sky.

Sources:

[1] Carte nocturne de la Suisse de 2019, Dark-Sky Switzerland

[2] L’intensité lumineuse moyenne en Suisse de nuit a augmenté de 1,1% en 2019 par rapport à l’année précédente.

[3] En même temps, la zone sombre sans éclairage a diminué de 2,3%.

Méthode: Publication scientifique du 11 juillet 2018

La ville de Vernier éteint certains de ses quartiers

La ville de Vernier dans le canton de Genève, 33’000 habitant·es, éteindra quelques quartiers résidentiels au coeur de la nuit et réduira l’intensité de son éclairage public, pour une période de test de six mois, dès septembre 2020. Elle rejoint ainsi Bernex parmi les communes genevoise pratiquant l’extinction partielle de leur éclairage nocturne au coeur de la nuit. Un message positif envoyé dans ce canton, dans la foulée de l’évènement “La Nuit Est Belle” de septembre 2019, qui est par ailleurs appelé à se répéter cette année.

 

Le canton de Vaud coordonnera la lutte contre la pollution lumineuse

La semaine passée, le Grand Conseil vaudois a adopté -timidement- un postulat mettant en place un plan lumière cantonale afin d’accompagner les communes dans la lutte contre la pollution lumineuse, notamment en metant en évidence les zones fragiles qui nécessitent une protection particulière contre les sources lumineuses artificielles.

Après une motion adoptée à l’unanimité au Grand Conseil Genevois en 2018, un postulat au législatif Valaisan en 2019 et la décision de l’exécutif Jurassien en 2019 de supprimer les éclairages hors des localités, le canton de Vaud rejoint le train bien en marche en Suisse Romande. Espérons que le Conseil d’Etat répondra ambitieusement à ce postulat et prendra des mesures à la hauteur du problème !

Stade de Genève : vers la fin du ciel orangé

Depuis trois hivers, le stade de Genève est devenu la source la plus importante de pollution lumineuse du canton, voire de la région, par les séances de luminothérapie que subit la pelouse du terrain quasiment chaque nuit entre novembre et janvier. Très loin à la ronde, le ciel s’illumine d’orange du soir au matin, particulièrement lorsque les nuages stagnent et réfléchissent la la lumière du stade vers la ville. Alors que le Grand Genève a expérimenté une extinction quasi-totale de son éclairage public en septembre dernier avec l’évènement “La Nuit Est Belle” et prend conscience du problème de la pollution lumineuse sur l’environnement et la qualité de vie, il est difficilement envisageable de voir ces pratiques se prolonger indéfiniment. Rappelons qu’en 2018 le Grand Conseil genevois a adopté, à l’unanimité, une motion demandant un éclairage nocturne économe, et que de nombreuses communes de la régions réfléchissent sérieusement aux mesures à prendre afin de limiter la pollution lumineuse sur leurs territoires. Les habitudes du stade contrastent fortement avec la volonté publique affichée dans le canton, alors que celui-ci est étroitement lié au Conseil d’Etat genevois.

Le stade de Genève rayonnant par une nuit couverte de l’hiver 2019-2020

Heureusement, la fondation du Stade de Genève, qui gère l’infrastructure, a annoncé qu’elle renonce à au gazon “hybride” qui demandait d’être illuminé tout l’hiver, en plus d’être chauffé (!). A la place, un gazon complètement synthétique sera installé dès cet été, qui annonce ainsi la fin des débauches de lumière à des fin d’entretien et ainsi le retour de nuit plus noires dans la région genevoise dès l’hiver 2020-2021.

Dans le contexte de la prise de conscience actuelle, cette décision est à saluer. La situation absurde vécue depuis trois ans trouve enfin une issue raisonnable, qui amènera à une nette diminution de la pollution du canton et améliorera la qualité de vie de dizaines de milliers d’habitant des villes de Lancy, Carouge, Plan-les-Ouates et Genève, qui seront rejoint par les quelques milliers de habitants du futur quartier de la Praille-Acacias-Vernet. Il faudra retenir de cette pauvre histoire une leçon appelant à la vigilance, afin qu’une situation similaire, incohérente avec les efforts publics entrepris, ne se reproduise pas d’une manière ou d’une autre.

Lausanne – Les idées vertes mettent la lumière sur l’éclairage public

Le 11 mars aura lieu la conférence – débat Lumière sur l’éclairage public Pour cette première soirée, les verts ont invité deux intervenants :

Laurent Debrot est conseiller en éclairage public, député Vert au Grand conseil neuchâtelois et Secrétaire de l’Association pour L’Agence suisse pour la protection de l’environnement nocturne (LAMPER). Il fera une introduction sur les enjeux environnementaux, sanitaires, techniques, législatifs et sociaux de l’éclairage public. Il nous parlera également de l’extinction nocturne de l’éclairage public dans sa commune du Val de Ruz.

Jean-Yves Pidoux est municipal Vert à Lausanne et directeur des Services industriels de Lausanne (SIL). Il nous parlera du Plan lumière de la Ville de Lausanne et sa mise en œuvre.

Lieu : Le Cazard, Pré-du-Marché 15, Lausanne