Mise en avant

ECOFORUM – Présentations et discussion: Extinction de l’éclairage public

le lundi 24 septembre à 19h30
à Evologia (route de l’Aurore 6, 2053 Cernier), Grande salle

La soirée débutera avec les présentations d’Eliott Guenat (Dark-Sky Switzerland) et de Laurent Debrot (Secrétaire de l’Association Lamper). La deuxième partie sera consacrée aux questions et discussions. Ceux qui le désirent pourront ensuite poursuivre la soirée avec une « visite » de l’éclairage public de Cernier.

 

 

 

Mise en avant

Pétition – Elucider la disparition des insectes

Probablement plus de la moitié de tous les insectes a disparu au cours des trente dernières années. Constituant non seulement une menace pour d’innombrables animaux et plantes, cette évolution met en jeu la préservation de nos écosystèmes. C’est pourquoi nous lançons un appel aux autorités afin d’agir rapidement et efficacement.
Nous exigeons de la part du Conseil fédéral et du Parlement les démarches suivantes:
  • Elucider scientifiquement les raisons et l’étendue de la disparition des insectes dans les différentes régions de Suisse et y mettre sans délai suffisamment de moyens financiers à disposition.
  • Appliquer immédiatement et scrupuleusement les plans d’action concernant la biodiversité, la santé des abeilles et les produits phytosanitaires.
  • Mettre en place d’autres mesures complémentaires efficaces, par exemple en soutenant des espaces vitaux variés et en réduisant la pollution lumineuse.
  • Sensibiliser la population à la valeur inestimable des insectes pour l’écosystème et le bien-être humain.

Parlementaires cosignataires (Conseillers nationaux):
Maya Graf (Vert, BL)
Silva Semadeni (PS, GR)
Markus Ritter (PDC, SG)
Bernhard Guhl (PBD, AG)
Lisa Mazzone (Vert, GE)
Isabelle Chevalley (Vert liberaux, VD)
Karl Vogler (CSP, OW)

Soutien passif d’autres organisations:
WSL
Papiliorama
Biosuisse
Station Ornithologique Suisse
Greenpeace
Slow-Food Switzerland
Naturama Aarau

Lien à la pétition sur declin-des-insectes.ch

Contexte

Ce qui est constaté depuis quelque temps déjà par rapport aux abeilles touche également de nombreux autres insectes: des recherches effectuées en Allemagne révèlent que plus de la moitié de tous les insectes existants ont disparu au cours de ces trente dernières années. On ne sait toujours pas avec exactitude dans quelle mesure la Suisse est elle aussi touchée. Mais en y faisant attention, on se rend vite compte d’une évidence: aussi bien de jour que de nuit, on entend nettement moins de bourdonnements et de sifflements qu’autrefois. Plus rien ou presque ne tournoie sous la lueur des réverbères. Quant au pare-brise, il reste impeccable même après une longue course. Si certains s’en réjouissent, la situation est en vérité dramatique: les insectes sont en effet une base irremplaçable de notre écosystème.

Des douzaines d’insectes sont attirés par une lampe bleue froide et chassés par une espèce de chauve-souris tolérante à la lumière.

Les oiseaux, grenouilles, poissons, hérissons, chauves-souris et bien d’autres animaux se nourrissent d’insectes. Sans insectes, eux aussi ne tarderont pas à disparaître. Le même sort est réservé aux plantes aussi bien sauvages que cultivées dépendant d’une pollinisation par les insectes. La disparition des insectes menace ainsi la production alimentaire, les écosystèmes tout entiers et par conséquent nos propres ressources naturelles !

Seules des suppositions permettent d’appréhender au moins partiellement les raisons de la disparition d’insectes en Suisse. L’empreinte intensive laissée par l’homme sur l’environnement joue évidemment un rôle clé. Dans le domaine de l’agriculture, la discussion se focalise entre autres sur le recours à certains produits phytosanitaires. Le rythme effréné des constructions, le bétonnage du paysage et la pollution lumineuse pourraient également y être pour beaucoup. Ce qui est sûr, c’est que des bases solides et donc davantage de faits sont nécessaires pour décider et pouvoir prendre les mesures adéquates. Et il faut en informer la population et les acteurs concernés pour que chacun puisse y aller de sa contribution: entreprises, agriculteurs, sylviculteurs, communes, municipalités, cantons, Confédération et chacune et chacun d’entre nous.

C’est pourquoi nous demandons au Conseil fédéral et au Parlement d’élucider au plus vite le problème de la disparition des insectes afin d’en informer la population et de prendre les mesures efficaces. Lorsque le besoin d’intervenir est avéré, il ne faut pas tarder plus longtemps. Il s’agit d’appliquer efficacement et dans les plus brefs délais les mesures déjà existantes (biodiversité, santé des abeilles, produits phytosanitaires).

Montre la voie en signant cette pétition. Contribue toi aussi à faire bouger la Suisse!

Mise en avant

Pourquoi moins de 3000 Kelvin ?

L’idée est née en 2009 de notre organisation mère International Dark-Sky Association (IDA), dont nous sommes membres. Notre argumentation est adaptée à la Suisse et à l’Europe et actualisée.

Lisez notre dépliant de deux pages avec une liste de sources :
» Pourquoi moins de 3000 K ? (pdf)

Ou prenez note directement de ces sources :

Les organisations internationales ont plaidé en faveur d’une réduction des émissions de lumière

Des études scientifiques montrent des conséquences néfastes pour les cycles de la nature et de la biodiversité

PERTURBATION DE LA FAUNE (TOUTES LES ESPÈCES)

lampe de chauve-souris / protection des chauves-souris

Protéger les paysages nocturnes naturels

LED 4000K = 2.5 plus de luminosité

2012-2016 : augmentation de +2.2% par an

Réduction de l’éclairement du ciel

La température de la couleur de la pleine lune

Etiquette lumineuse de l’ANCPEN

L‘étiquette lumineuse de l‘ANCPEN (Dark- Sky France) pour l’éclairage (Dark-Sky France) situe le degré de nocivité de la source lumineuse par rapport à la pollution lumineuse générée (faune touchée) cf. tableau 6 :

En classe A

figurent uniquement les lampes à vapeur sodium basse pression, peu utilisées en Suisse

En classe B

encore fréquentes chez nous les lampes à vapeur sodium haute pression et les Amber LED monochromes

En classe C

les LEDs à lumière chaude (standard minimal exigé en-dessous de 3000 K)

En classe E

les LEDs d’un blanc neutre

En classe G

les LEDs d’un blanc froid, d’utilisation fréquente dès 2009.