Mise en avant

Globe at Night – Compter les étoiles pour la science (en plein air, la nuit, dans le monde entier sur les appareils mobiles)

En 2020, Globe at Night, qui existe depuis 2009 en recueillant les observations de la qualité du ciel, voudrait encore augmenter sa base de données. Tout le monde est encouragé à participer, la seule condition est d’avoir un accès à Internet et un appareil mobile.

  1. Rendez-vous sur <www.globeatnight.org>
  2. Sur la page Ressources, vous pouvez sélectionner une langue autre que l’anglais si nécessaire.
  3. La page Rapport soumet votre observation après six étapes simples.

Pour leur campagne de mesure, les scientifiques souhaitent obtenir le plus grand nombre d’observations possible entre la Saint-Valentin, le 14 février, et la Journée de l’astronomie, le 28 mars 2020.

Participez lorsque vous avez accès à Internet ou prenez des notes que vous pourrez plus tard transmettre sur votre ordinateur.

Les étapes simples du rapport en ligne de Globe at Night.

 

Sabine Ziegler reprend le bureau de Dark-Sky Switzerland de Rolf Schatz

Le 7 janvier, Rolf Schatz a transmis la direction du bureau à sa successrice Sabine Ziegler.

Sabine Ziegler und Rolf Schatz bei der symbolischen Übergabe der Geschäftsleitung von Dark-Sky Switzerland
Sabine Ziegler reprend le bureau de Dark-Sky Switzerland de Rolf Schatz

Sabine Ziegler a été une rencontre fortuite pour le comité directeur et s’est montrée intéressée et qualifiée. Elle représentera Dark-Sky Switzerland avec une position à 20%. Parfaitement francophone, elle remplacera notre responsable Suisse romand Eliott Guenat pendant l’été, qui participera à une course en vélo solaire jusqu’en Chine cet été.

Sabine Ziegler apporte un riche bagage. Elle a étudié les sciences de l’environnement à l’EPF Zurich, beaucoup la connaissent de par son ancien travail politique au sein du PS dans les conseils municipaux et cantonaux. Elle s’est souvent occupée de questions de durabilité et d’énergie et a poursuivi sa formation dans ces domaines à l’Université de Saint-Gall. Elle a également été élue au conseil d’administration de l’EKZ. Enfin, elle dirige sa propre société de conseil en médiation et est une entrepreneuse expérimentée.

Au nom de Dark-Sky Switzerland, nous souhaitons officiellement et chaleureusement la bienvenue à Sabine Ziegler et lui souhaitons beaucoup de succès et de bons moments dans les tâches à venir.

Rolf Schatz a dirigé avec succès le bureau de Dark-Sky Switzerland depuis 2014 mais a malheureusement subi un revers de santé en 2019, ce qui l’a empêché de continuer à son rythme actuel. Nous avons apprécié la manière directe de Rolf, qui avait un bon feeling pour les préoccupations émergentes des autorités et de la population. De plus, il a toujours été un sympathisant de notre cause, qu’il a représentée avec véhémence et passion, ses autres activités ayant déjà fait de lui un avocat de la nature. Il a annoncé en temps utile sa démission au comité directeur à partir de 2020.

Rolf Schatz fera officiellement ses adieux à Dark-Sky Switzerland lors de l’AG du 12 mars 2020 en modérant une dernière fois notre assemblée générale.

Il restera membre de Dark-Sky Switzerland et continuera à parler pour Dark-Sky Switzerland de temps en temps pour ses sujets spécialisés.

Au nom du comité directeur
Lukas Schuler, président

 

Retour sur La Nuit Est Belle

Le 26 septembre 2019 avait lieu dans la région du Grand Genève l’évènement “La Nuit Est Belle”, initié par le muséum d’histoire naturelle de Genève et la société astronomique de Genève. Ce soir-là, l’éclairage public de plus de 110 communes vaudoises, genevoises et françaises n’a pas été allumé à la nuit tombée. Le but de l’opération était d’offrir aux habitants l’occasion de retrouver, le temps d’une soirée, l’expérience d’une nuit obscure et d’un ciel étoilé affranchi de la pollution lumineuse. Merveilleusement organisée avec des animations proposées un peu partout à travers la région, la soirée n’aura cependant pas eu les faveurs de la météo, puisque les nuages furent nombreux et ne laissèrent aux curieux peu d’opportunités d’observer le ciel. Des membres du comité de Dark-Sky étaient présents ce soir-là pour donner une conférence à Chêne-Bougeries (GE) et venir s’imprégner de l’effet de l’extinction dans la ville et ses alentours.

Le bassin genevois vu depuis le Jura quelques temps plus tard, en octobre, avec une météo plus clémente

Depuis le sommet du Salève ou depuis le Jura, l’impression dominante est que l’éclairage ne semble pas avoir changé ! L’agglomération dégage encore énormément de lumière et il est difficile de dire, sans référence de comparaison, si une extinction est en cours ou non.  L’aéroport Genève-Cointrin apparaît clairement dans le paysage comme un repère très brillant. Celui-ci n’a pas été éteint, tout comme le stade de Genève pour cause de match programmé longtemps à l’avance et qui n’a pas pu être déplacé.

L’agglomération genevoise vue depuis le Salève. Le point extrêmement clair sur la gauche est le stade, allumé ce soir-là.

En regardant de plus près, la très grande majorité des éclairages présents ce soir-là sont privés : enseignes, chemin privés, logements, publicités, etc. Cela alerte sur la contribution de cet éclairage dans la pollution lumineuse totale d’une ville, qui n’est absolument pas négligeable à grande échelle.

En centre-ville de Genève, les passantes étaient nombreuses dans les rues, que cela soit par hasard ou spécialement pour découvrir leur ville dans la pénombre, sans que l’absence de lampadaire n’empêche la déambulation à travers la ville.  Il est à noter que les fameuses enseignes lumineuses de la rade, pourtant privées, étaient quasiment toutes éteintes. Une contribution de la part des régies à saluer ! Dans les rues basses, de nombreuses vitrines étaient bien éteintes. Celles qui restaient allumées se substituaient à l’éclairage public, au point où on était loin de pouvoir qualifier la rue d’obscure. Dans ce cas, c’est surtout l’alternance entre la pénombre et l’éclairage de certaines vitrines qui impressionne, permettant de se rendre compte de l’intensité de ces éclairages privés, pourtant allumés toutes les nuits. L ‘affluence dans cette rue tout à fait normal et la circulation n’est aucunement perturbée, à se demander même si les passantes réalisent que les lampadaires sont éteints.

Les Rues Basses “éteintes”

Au contraire des Rues Basses, la vieille ville paraît particulièrement sombre, où très peu d’éclairages privés subsistent. L’effet est renforcé par le fait que l’on y accède généralement depuis des zones encore très claires, qui ne permettent pas l’acclimatation à l’obscurité.

Certaines rues de la Vieille Ville étaient réellement dans l’obscurité

En abord des Rues Basses et autour de la Rade, de nombreuses terrasses de bars et de restaurants semblent tirer parti de l’extinction de l’éclairage pour créer une ambiance particulière : bougies, lampes légères et colorées… Ils étaient nombreuses à profiter ainsi de l’événement, profitant entre amies de cette atmosphère inédite un verre de vin à la main.

La place du Molard: ‘absence d’éclairage publique n’est pas synonyme d’inactivité !

Lorsque l’on s’éloigne des commerces et vitrines encore allumés, la circulation des voitures, vélos et piétons devient plus délicate et requière plus d’attention, en particuliers entre piétons et vélos, les premiers n’étant pas forcément visibles et les seconds, pas systématiquement équipés de lumières. Certaines polices municipales ont porté une attention particulière à ce point, alertant les cyclistes non-éclairé et en distribuant des kits de lumières (et parfois aussi, une contravention…). Dans tous les cas, la circulation demande plus de prudence et est plus lente, les automobilistes s’adaptant à ces nouvelles conditions. Pour les piétons, c’est surtout l’alternance entre zones sombres et zones éclairées qui perturbe, puisque l’œil perd immédiatement son adaptation à la pénombre et est souvent ébloui.

Un vélo approchant sur une route

A minuit, l’éclairage public du canton de Genève s’est rallumé, contrairement à la plupart des communes françaises de la région qui participaient à l’événement et qui gardaient la lumière éteinte pour toute la nuit. Bien que ce rallumage des lumières soit plutôt dommage, puisque c’est surtout au cœur de la nuit que l’extinction de l’éclairage public est la plus pertinente, cela a permis de faire une comparaison des lieux avec et sans éclairage publique. Les photos suivantes montrent la même scène avant et après le rallumage de l’éclairage.

Pendant et après l’extinction : près du pont des Bergues
Pendant et après l’extinction: la place Bel Air
Vue du bassin genevois pendant l’extinction depuis le Jura
Vue du bassin genevois sans l’extinction depuis le Jura

Malgré la météo peut propices aux observations du ciel étoilé, l’événement La Nuit Est Belle a sans nul doute réussi son pari en offrants aux habitants du Grand Genève une occasion d’expérimenter une région éclairée autrement le temps d’une soirée et d’ouvrir les débats sur le sens que nous voulons donner à notre éclairage public. Les réactions sur les réseaux sociaux et dans les journaux étaient dans l’ensemble positive, avec de nombreuses voix appelant à répéter l’expérience tous les ans, voire toutes les nuits… Tandis que d’autres s’indignaient de cette événement, voyant une atteinte grave à leur confort et sécurité. Heureusement, la plupart des réactions publiquement affichées étaient plus nuancées mais néanmoins positives. A noter que la police genevoise ne note aucune augmentation de la criminalité ou des accidents cette nuit-là.  La presse romande et française a largement relayé l’action, qui a eu un écho même outre-Atlantique. Dark-Sky Switzerland félicite les initiateurs du projet ainsi que les communes qui ont eu le courage de prendre part à cette aventure, qui contribue à faire évoluer la mentalité sur le rapport que nos sociétés entretiennent avec la nuit, l’éclairage public et l’environnement nocturne en général. Déjà plusieurs communes entreprennent des mesures à long terme de réduction de la pollution lumineuse, en partie suite à « La Nuit Est Belle », un signe très encourageant.

 

 

14 associations lancent un manifeste pour la nature

A Genève, 14 associations environnementales locales ont lancé un manifeste de la biodiversité de 21 mesures pour la biodiversité, à l’attention des politiciens et décideurs.

Parmi ces mesures, la lutte contre la pollution lumineuse par l’assainissement des éclairages publics, pour viser 20% du territoire cantonal (hors-lac) non-éclairé la nuit.

Lien Swissinfo

Lien Léman Bleu