The Guardian – La pollution lumineuse est un facteur clé de la disparition des insectes (traduction)

Texte original: The Guardian – Light pollution is key ‚bringer of insect apocalypse‘
Ci-dessous, une traduction libre de Dark-Sky Switzerland:

L’examen le plus complet à ce jour de toutes les preuves scientifiques disponibles suggère que la pollution lumineuse est un facteur important mais négligé dans le déclin rapide des populations d’insectes.

Selon les chercheurs, la lumière artificielle la nuit peut affecter tous les aspects de la vie des insectes, qu’il s’agisse d’attirer les papillons de nuit autour des ampoules jusqu’à leur mort, d’illuminer les proies des rats et des crapauds ou de surexposer les signaux de reproduction des vers luisants.

“Nous croyons fermement que la lumière artificielle la nuit – combinée à la perte d’habitat, à la pollution chimique, aux espèces envahissantes et aux changements climatiques – favorise l’extinction des insectes “, ont conclu les scientifiques après avoir évalué plus de 150 études. «

“Nous supposons que la lumière artificielle la nuit est une autre cause importante mais souvent négligée de mortalité des insectes.”

Contrairement à d’autres facteurs de déclin, cependant, la pollution lumineuse est relativement facile à prévenir, dit l’équipe : ” En éteignant les lumières inutiles et en utilisant des écrans appropriés. “Cela (dans les études) a permis de réduire considérablement les pertes d’insectes immédiatement.”

Brett Seymoure, écologiste comportemental à l’Université de Washington à St. Louis et auteur principal de la méta-étude, déclare : “La lumière artificielle la nuit est une émission de lumière artificielle – de l’éclairage public aux torches à gaz dans la production pétrolière. Elle peut affecter les insectes dans tous les aspects de leur vie.”

L’effondrement des populations d’insectes a été signalé en Allemagne et à Porto Rico, et la première étude scientifique mondiale publiée en février a révélé que le déclin généralisé menace de provoquer un “effondrement catastrophique des écosystèmes naturels”.

Selon la dernière revue, “les insectes déclinent rapidement dans le monde entier. Leur absence aurait des conséquences dévastatrices pour la vie sur cette planète.

On croit qu’il existe des millions d’espèces d’insectes largement inconnues de la science, et environ la moitié d’entre elles sont nocturnes. Les insectes qui sont actifs le jour peuvent aussi être dérangés par la lumière la nuit lorsqu’ils sont au repos.

L’analyse publiée dans la revue Biological Conservation indique que les agriculteurs utilisent depuis longtemps volontairement la lumière pour lutter contre les insectes. Et parce que les infrastructures humaines sont en expansion et que le coût de l’éclairage a diminué, la pollution lumineuse a maintenant atteint un quart de la surface terrestre mondiale.

Les effets les plus connus de la pollution lumineuse sont les papillons de nuit qui voltigent autour d’une ampoule et la confondent avec la lune. Un tiers des insectes en orbite autour de ces lampes meurent avant l’aube, soit par épuisement, soit en étant mangés.

Des recherches récentes menées au Royaume-Uni ont révélé que les pertes de papillons de nuit sont plus importantes dans les endroits pollués par la lumière que dans les endroits sombres. Les phares de voiture sont un danger mortel et mobile. Leur attrait mortel a été estimé à 100 milliards de morts d’insectes par été en Allemagne.

La lumière artificielle empêche également certains insectes de trouver leur partenaire, ce qui est facile à comprendre dans les vers luisants qui échangent des signaux bioluminescents pendant la saison de reproduction.

Certains insectes reconnaissent la polarisation de la lumière pour trouver l’eau dont ils ont besoin pour se reproduire, car les ondes lumineuses sont alignées sur une surface lisse après réflexion. Mais la lumière artificielle peut le saboter : “Les mouches éphémères ne vivent qu’un seul jour, alors elles éclosent et cherchent la lumière polarisée. Elles le trouvent – mais c’est la lumière réfléchie par l’asphalte – elles y pondent leurs œufs, et tout le monde meurt. C’est une bonne façon d’anéantir une nation entière en 24 heures.”

La métamorphose des larves d’insectes, comme les grillons des champs, est également affectée négativement par la pollution lumineuse, modifiant la durée subjectivement perçue du jour et de la nuit.

La méta-étude a montré que la pollution lumineuse peut perturber la recherche de nourriture. Les insectes qui évitent la lumière, comme le Weta, les énormes grillons incapables de voler en Nouvelle-Zélande, passent moins de temps à chercher de la nourriture dans les zones polluées par la lumière.

Les insectes sont une proie importante pour de nombreuses espèces, mais la pollution lumineuse peut perturber l’équilibre en faveur des prédateurs en ciblant les insectes dans la zone d’éclairage. Des araignées, des chauves-souris, des rats, des échassiers, des geckos et des crapauds aga ont été observés se nourrissant autour des sources de lumière. Selon les chercheurs, une telle augmentation du risque lié aux prédateurs pourrait probablement entraîner l’extinction rapide des espèces touchées.

Les chercheurs disent aussi que la pollution lumineuse est particulièrement difficile à gérer pour les insectes. La plupart des autres menaces anthropiques qui pèsent sur les insectes ont des parallèles naturels, comme les changements climatiques et les espèces envahissantes, de sorte qu’une certaine adaptation pourrait avoir lieu. Le cycle quotidien de la lumière et des ténèbres, d’autre part, est resté presque constant tout au long de l’évolution.

Cependant, la pollution lumineuse est aussi une menace pour les insectes que l’homme peut le plus facilement réduire. Seymoure : “Dès qu’on éteint une lumière, elle disparaît. Vous n’avez pas besoin d’aller nettoyer, comme pour la plupart des polluants. Je ne dis pas qu’on doit se débarrasser de la lumière la nuit, je pense qu’on doit juste l’utiliser sagement.”

Le simple fait d’éteindre les lumières qui ne sont pas nécessaires est la mesure la plus évidente, dit-il, et l’allumage et l’extinction des lumières contrôlés par capteur réduit également la pollution lumineuse. Il est aussi important de protéger les lumières afin que seule la zone dont vous avez besoin soit éclairée que d’éviter la lumière bleue et blanche qui perturbe votre rythme quotidien. Les luminaires à LED offrent également de l’espoir, car ils peuvent être facilement optimisés pour éviter les couleurs nocives et les taux de scintillement.

“Les preuves que la pollution lumineuse a des effets profonds et graves sur les écosystèmes sont accablantes “, a déclaré Matt Shardlow, directeur général de Buglife. “Il est impératif que la société prenne des mesures importantes pour rendre l’environnement plus sûr pour les insectes.

Un objectif national de réduction de la lumière, juridiquement contraignant, serait la prochaine étape la plus appropriée.” Il affirme que les nouvelles directives du gouvernement britannique sur la pollution lumineuse n’ont pas pris en compte la mortalité des insectes.

Le professeur Nigel Raine, expert en pollinisation à l’Université de Guelph au Canada, qui n’est pas impliqué dans la métasétude, dit : ” La pollution lumineuse pourrait avoir un impact significatif sur les populations d’insectes, les espèces ou la communauté des insectes.

Il dit que les scientifiques devraient accorder plus d’attention à la question : “Mais il est peut-être trop tôt pour dire que les effets sont tout aussi importants qu’avec d’autres facteurs de stress”.

Seymoure dit qu’il n’y a plus de recherche sur les effets de la pollution lumineuse sur les insectes, car même les écologistes préfèrent travailler pendant la journée….

Revue Suisse – Pour voir scintiller les étoiles, il faut éteindre la lumière

Le premier parc aux étoiles de Suisse est né, un territoire où l’on prend grand soin de l’obscurité nocturne. Il s’agit de bien plus que d’un projet romantique.

» Pour voir scintiller les étoiles, il faut éteindre la lumière (online)

RTS – Le Grand Genève s’offre un frisson nocturne pendant quelques heures

L’agglomération genevoise a été plongée dans le noir dans la nuit de jeudi à vendredi pour sensibiliser la population aux méfaits de la pollution lumineuse. Au total, 45 communes genevoises, 25 vaudoises et 79 françaises ont adhéré à l’initiative.

» Le Grand Genève s’offre un frisson nocturne pendant quelques heures

 

20Minutes – Le Grand Genève s’offre une nuit à la belle étoile

Quarante-cinq communes genevoises vont éteindre leur éclairage public durant la nuit de jeudi pour lutter contre la pollution lumineuse.

Le Grand Genève sera pratiquement plongé dans le noir jeudi soir: 149 communes de l’agglomération franco-valdo-genevoise – sur 209 – éteindront leur éclairage public pour sensibiliser la population aux méfaits de la pollution lumineuse.

» Le Grand Genève s’offre une nuit à la belle étoile

 

arcinfo – Canton de Neuchâtel: l’éclairage nocturne des passages pour piétons est remis en question

«Les communes doivent être libres d’éteindre ou pas les passages pour piétons la nuit», soutient le Vert Laurent Debrot. Il a passé la nuit de vendredi à samedi à compter autos et promeneurs, à Coffrane, village plongé dans le noir depuis ce weekend.

» Canton de Neuchâtel: l’éclairage nocturne des passages pour piétons est remis en question

 

24heures – Nyon choisit de célébrer le noir complet malgré les mises en garde de sécurité

Dans le cadre de l’opération «La Nuit est belle», la Ville a décidé de ne pas allumer du tout son éclairage. D’autres communes se tâtent.

L’extinction de l’éclairage public sur l’ensemble des 209 communes du Grand Genève est un pari ambitieux. Car la réussite de cette grande première transfrontalière, baptisée «La nuit est belle», dépend à la fois d’aspects techniques et sécuritaires.

» Nyon choisit de célébrer le noir complet malgré les mises en garde de sécurité